L’histoire de Saint Jean de la Neuville

Origine du nom : Neuville vient du latin villa, domaine rural, précédé de novus : le nouveau domaine.

La voie romaine de Lillebonne-Etretat traverse le très ancien village de Saint Jean de la Neuville. La partie ouest de la commune appartient à Valmont, puis au prieuré de Beaulieu en Roumois. La partie est, constituée du Mont Criquet et du Petit Bec, achetée au XI° siècle par Malthilde de Flandres, épouse de Guillaume Le Conquérant. Son fils Henry II d’Angleterre et duc de Normandie attribue la terre à l’abbaye du Valasse en 1166.

En 1944, Saint Jean de la Neuville est le cadre de faits de résistance : deux résistants du village réussissent à se rendre au dépôt de munitions du Mont Criquet et à emporter d’utiles caisses de grenades malgré la surveillance des sentinelles allemandes. C’est également en 1944, que M. Mons, réfugié du Havre, ébéniste à Saint Jean de la Neuville, fabriqua les lambris, les bancs, la chaire et le confessionnal de l’église.